Les Campagnes et Mondes de Jeux de Rôles

forum des campagnes des copains de Bourg
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Psirone Hans Grovius 7e jour 2e décade mois Ches 1372 cv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Psirone Hans Grovius 7e jour 2e décade mois Ches 1372 cv   Mer 13 Juil - 5:20

Le jour se lève doucement sur le 7e jour de la deuxième décade du mois du Ches de l'an 1372 CV.

Psirone est réveillé par le bruissement de la pluie sur le toit et les fenêtres de l'auberge. Clapotis sur la toiture, ruissellement sur les murs. Le temps reste chaud, mais la pluie se conjuge avec un petit vent frais et agréable. L'ouverture du volet de la chambre révèle un ciel voilé de nuages colorés. Le jour sera un peu plus sombre que d'habitude.

Dans la rue, l'activité a commencé doucement, sous la pluie. Les citadins partent au travail, et les paysans se dirigent vers les portes de la ville. L'écurie est déjà ouverte, et on en sort des montures pour les voyageurs, ou des animaux de traits pour les équipages. Quelques chariots sont préparés non loin de l'auberge.

Dans l'auberge, l'activité est déjà à son plein pour les employés. Des bruits proviennent des chambres voisines. De lourds pas signalent le départ précoce des soldats qui ont dormi ici cette nuit.


_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Activités.    Mer 20 Juil - 16:39

Les volets ouverts sur la rue principale laissent à voir une belle activité.
Devant l'auberge, plus exactement devant les écuries, une grande activité. Les chariots des marchands Calimshites sont prêts au départ. Comme indiqué la veille à Psironne, ils sont chargés à bloc de produits alimentaires. Ils sont nombreux. Les hommes sont sans doute riches de tout cela. Quelques hommes d'armes sont présents, pour assurer la sécurité du transports. Un des hommes présent dans l'auberge la veille se révèle, en bénissant les chariots présents, être un prêtre de Waukyne. Il bénit l'ensemble des chariots et "ceux qui sont dehors". En effet d'autres charriots sont acheminés progressivement d'autres points de la ville où ils ont été mis à l'abris. Le convoi risque d'être assez important.
Devant l'auberge les hommes d'arme des Quatre Vallons terminent leurs préparatifs, se mettent en ordre, puis se dirigent vers le château pour aller chercher leur maître dans la discipline.
L'homme en noir, présent la veille non loin de Psironne, n'est pas visible.
Des fonctionnaires de la ville viennent constater que le contenu des chariots n'a pas varié, et enregistrent le départ à venir. Ceci prend du temps, les chariots sont nombreux.
Tout ceci se fait sous la pluie qui tombe sans discontinuer.

A vous de dire ce que font vos PJs.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bebel

avatar

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: départ...sans chercher de problèmes   Ven 22 Juil - 10:10

Psirone descend en silence de sa chambre (enfin sans dire mot). Après avoir poser tout son barda dans un coin , ilccomande à la femme l'accompagnant d'aller chercher à manger.
Il prend ce repas sans dire mot .
Après cela, il vérifie ses affaires et et part arnacher son cheval. Une fois prêt, il attend que ses comparse le rejoignent tout en observant les alentours (les marchands, les soldats, et une recherche plus particulière sur l'home en noir (jet : 5)). Il faut un signe de tête aux hommes de calemishites lors de lorsdépart et toise du regard le capitaine des gardes.
Il part dès que tout ses compagnons arrivent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Psirone   Dim 24 Juil - 15:38

Psirone attend d'un pîed ferme ses camarades qui n'arrivent pas.

Lorsque la caravane des Calimshite s'ébranle dans le bruit, ceux qui voient Psirone le saluent. "Que Waukyne veille sur ta fortune et les autres dieux sur ton épée barbare !"

L'activité se poursuit à l'extérieur. IL n'y a aucune trace de l'homme étrange en noir. Il n''y a non plus aucune trace d'activité de la part des compagnons de Psirone. Seule la suivante de ce dernier vient de sortir les chevaux, nettoyés, reposés, fumants sur la pluie.

Le capitaine des gardes des 4 Vallons, se voyant jaugé, jauge à son tour Psirone, plus facilement que la veille (semi obscurité, assis, auberge enfumée) et lui adresse la parole :
"Salut à toi, étranger ! J'espère que la nuit fut bonne pour toi... elle l'a sans doute été plus que pour tes compagnons qui ont vaguement dormi dans la salle à manger... NOus les avons trouvé en triste état à notre levé ! AH AH AH ! Un homme comme toi dois chercher l'aventure. Où te rends-tu donc ainsi fièrement équipé ?" fait-il en regardant les nombreuses armes de Psirone.

Son attitude ne semble pas hostile, mais simplement empreinte de curiosité.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bebel

avatar

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: fièrement équipé   Lun 25 Juil - 15:40

"Fièrement équipé, oui mais pas en ce qui concene mes compagnons.(se tourant vers sa shaarienne) Va les chercher, et dis leur que s'ils n'ont plus assez de tripes, j'irai seul. (Revenant à l'homme d'armes) Nous allons chassé ... une bête, une grosse. Une assez grosse pour verser un peu de sueur et de sang. Mais rien qui ne soit invulnérable à un bon mêtre d'acier trempé. Celui là c'est pour le plaisir de voir du pays , j'ai vu mieux....mais j'accepte aussi les sales besognes contre un bon paquet d'or."

Et Psirone reste fier sur son cheval à attendre ses maudits et pleutres compagnons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Réponse   Lun 25 Juil - 16:12

L'homme écoute et répond.
"Des "bêtes" il y a de quoi faire. IL y a deux manière de voir votre réponse. Vous cherchez le Seigneur des morts qui s'est levé il y a peu de temps non loin d'ici, ou alors vous courrez après ce dragon que l'on dit voler parfois au dessus des proches montagnes d'Alamir. Cela me semble, dans les deux cas un bon adversaire. Le premier existe, nous en savons qu'il existe puisque des personnes responsables de son réveil se sont servi du domaine de mes seigneurs pour préparer son réveil. Ceci a causé la perte de notre maître, et son arrestation. C'est pour cela que ma maîtresse se rend en Sudolphore, plaider la cause de son père (mon maître) à ce sujet. Nous avons été abusés, il a été abusé. Pour le second, je n'ai rien vu de mes yeux, mais j'ai entendu les dires de ceux qui prétendent qu'il existe."

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Sortie de la forteresse.    Lun 25 Juil - 16:44

Alors que les gardes des Quatre Vallons se dirigent vers la proche forteresse une équipée en sort par la porte principale. Psirone peut observer cela de son poste. Cela se déroule à sa droite, à l'entrée de la même rue.
Une jeune femme, belle, vêtue de noirs vêtements de bonne facture. Un petit visage, déterminé et fermé, encadré de beaux cheveux d'un noir profond. Elle n'atteint sans doute pas la vingtaine. Elle sort de la forteresse, escortée par des hommes aux couleurs des quatre vallons, et de personnalités de rang élevé de la forteresse. Ils la conduisent à un robuste chariot de voyage, la saluent alors qu'elle entre dans le véhicule.



" Ma maîtresse est prête, étranger, je te souhaite bon vent, où que celui-ci te mène, indique l'homme d'arme. Bonne chance".

Il se dirige alors vers l'équipée, prend la tête de ses soldats et les met en marche. Ils quittent la ville à la porte par laquelle Psirone et ses compagnons sont entrés, se dirigeant ainsi vers Sudolphore.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bebel

avatar

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: Re: Psirone Hans Grovius 7e jour 2e décade mois Ches 1372 cv   Mar 26 Juil - 2:59

Pendant que l'homme d'armes s'en va...Psirone l'interpelle à gorge déployée pour qu'on puisse l'entendre de loin....

"Dis à ta maîtresse, qu'elle pourrait s'arranger les services de bonnes épées, paladins et pretres pour éradiquer cette menace de morts vivants. Trois choses que je peux procurer...contre ...hum....beaucoup d'or.....et plus ça ne me dérangerais pas HEHEHE. Je suis Psirone, Je suis à Sudolphor, demande moi à l'auberge du tertre. Mais laissez un message dans cette auberge. Je repasserai après en avoir fini avec l'autre bête"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Départ et voyage, 3e journée   Mar 26 Juil - 15:51

En quittant la bourgade, l'homme salue Psirone en réponse. Le chariot, lourd et renforcé, entouré de son escorte militaire, et suivi d'un second chariot moins robuste, transportant sans doute les suivants ou l'équipement, passe l'enceinte en direction de l'Est.

Il reste à Psirone et ses compagnons, semblables à des zombis épuisés de sommeil, à quitter les lieux, sous une pluie renouvelée. La sharienne aux ordres de Psirone a fait quelques achats de fourrage et de nourriture, constatant l'incapacité des autres compagnons de Psirone à penser ou formuler quelque réaction.

Le groupe prend donc la direction de l'ouest, celle des montagnes d'Alamir, à une journée de marche environ, assure la suivante de Psirone qui semble s'être renseignée. Ils partent par la porte ouest. La pluie ne cesse de tomber. Une fois la muraille passée, le groupe voit au loin, dans une luminosité étrange, les contreforts des montagnes qui, elles, restent invisibles, noyés dans des nuages sombres et ombrageux.

Laissant La Croisée derrière eux, ils chevauchent au sein de douces collines verdoyantes aux pentes cultivées. Pendant une heure ils gagnent en altitude avant de redescendre doucement sur les pentes d'autres collines. Sur leur droite, au nord, des petits monts, ceux qui barrent la péninsule dans le sens Est-Ouest, avec à leurs pieds une forêt. A leur gauche, au Sud, entre eux et le littoral, une autre forêt.

Une fois le dénivelé descendu, le chemin serpente doucement entre des champs en activité. Des paysans s'affairent dans les champs malgré la pluie les détrempant. [Note DM : vous pouvez poser des questions si vous le souhaitez]

Une heure s'écoule encore, la forêt au nord est plus proche... les personnages la longent presque. Elle semble entretenue. Malgré la pluie, quelques fumées s'en échappent. Des charbonniers certainement.

Le chemin oblique doucement en direction du sud-ouest, jusqu'à une croisée, au milieu de la plaine. Une modeste construction de pierres abrite là quelques travailleurs des champs. Renseignement pris, un chemin partant en direction du littoral mène à des villages de pêcheurs. Le chemin à prendre est toujours celui à l'ouest, qui part en direction des Quatre Vallons. [Note DM : vous pouvez poser des questions si vous le souhaitez]

Le chemin se poursuit. Un pont de belles pierres enjambe une rivière, chargée par les pluies, venant du nord et se dirigeant au sud vers la mer. Un pont permettant le passage de deux chariots de front, assez imposant.

Puis le chemin se poursuit, toujours plein ouest. Il serpente rapidement entre de petites collines, sans s'élever lui-même. Le chemin poursuit donc, comme dans une petite vallée entre les collines, chemin où le vent s'engouffre, projetant la pluie en pleine face des cavaliers, gênant la visibilité et la progression qui doit bientôt se faire au pas.

Entourés de vallons aux sud, au nord, les personnages finisent pas déboucher par une sorte de plaine, légèrement en forme de cuvette. Elle est entourée de quatre ensembles de collines vallonnées. Au centre un vaste marais, rendu particulièrement lugubre par l'atmosphère chargée de nuages maintenant sombres et orageux. La pluie redouble encore ses efforts pour décourager ceux des voyageurs. Les paysans semblent même abandonner leurs travaux pour retourner en leurs misérables chaumières. Il est sans doute midi, mais la luminosité est tellement faible que Psirone et ses camarades voient sans peine les lumières de quatre villages entourant le marais putride et noyé dans des eaux montant rapidement. Voir : http://lescampagnes.forum2jeux.com/t239-les-quatre-vallons-baronnie-de-castelnouveau#1209

Le chemin, les personnages, et l'eau ruisselante, descendent vers le marais, dans la cuvette formant une petite plaine marécageuse entre les quatre ensembles de collines. Avant d'atteindre le premier village, les personnages longent une forêt, au sud, adossée à des collines, d'où émergent les lueurs phantasmagoriques d'un donjon au milieu des arbres. Quelques tours sans doute aussi dépassent de cet amas forestier.

A l'entrée de la cuvette marécageuse, un premier village. Ensemble de demeures pauvres, construites en bois, très rarement de pierres. L'ensemble est pauvre, rendu plus angoissant que de coutume par la pluie cinglante et ininterrompue. Les derniers paysans s'empressent de s'enfermer dans leurs chaumières, dont ils ferment les volets pour éviter la pluie. Des regards suspicieux sont jetés aux étrangers fièrement vêtus mais tristement trempés qui traversent les lieux. Même les chiens leur tournent le dos. Seule une sorte de bâtisse semble pouvoir accueillir des étrangers. C'est une sorte de croisement entre l'auberge et l'étable. Une bougresse infecte sur le devant, en ombre chinoise devant la porte grande ouverte, abritée sous en auvent branlant, regarde les personnages passer.

[Que faites vous ? Poursuite du chemin même s'il est l'heure de manger ? Manger dans ce lieu de paix si accueillant ? La sharienne semble vouloir poursuivre, comptant que vous êtes à mi-chemin].

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).


Dernière édition par lolo le Mar 26 Juil - 17:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: le trajet pour l'instant effectué   Mar 26 Juil - 16:37

Pour visualiser les choses et le chemin parcouru :




_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bebel

avatar

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: on continue   Jeu 4 Aoû - 13:34

Un régard vers le ciel, un regard furtif vers la batisse.....
et Pisrone continue son chemin sans s'arrêter.
"J'espère qu'on aura le même temps en revenant.....pour se laver du sang de ce dragon.....ou bien du notre......hein grovius".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Hans et Grovius   Ven 5 Aoû - 15:13

Grovius et Hans décident eux de s'arrêter ici. Visiblement la quête est trop pénible pour eux et leurs os sont trop mouillés. Ils décident donc de prendre un repas et d'aviser à sec de la suite de l'aventure. Ils mettent donc pied à terre et se dirigent vers la bougresse tenant le bouge, qui par politesse renifle un grand coup, avalant nombre de glaires, avant de les accueillir.

La suivante de Psirone, sans doute plus courageuse ou plus loyale (ou les deux) fait avancer son cheval et poursuit sa route sous la pluie battante et renouvelée. Elle n'accorde pas un regard aux poules mouillées, indiquant simplement : "journée de perdue pour eux".

La voie traverse le cloaque qui sert de village, et ensuite se poursuit en longeant le marais, sous les applaudissements des grenouilles et de la pluie. Elle mène à un second village, à peine 1/2 heure après, tout aussi lugubre que le premier. Le chemin s'est transformé en bourbier gluant. Seul point positif, les moustiques qui doivent pulluler ici sont aux abris étant donné les trombes d'eau qui leur tombent sur la tête.

A la sortie du deuxième village, le sentier oblique au nord (droite) ou alors se poursuit vers les collines qui marquent la fin des Quatre Vallons à l'est. Psirone et sa suivante avancent à cheval contre la pente, et l'eau qui en dégouline en petits torrents charriant terres et graviers. Le cheminement est donc difficile et fatiguant, les montures renaclent parfois et peinent.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).


Dernière édition par lolo le Ven 5 Aoû - 19:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bebel

avatar

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: chemin boueux   Ven 5 Aoû - 16:40

Pendant une partie du voyage, Psirone force sa monture à maintenir une allure convenable. Durant le trajet, il met pied à terre pour la soulager quelque peu.
Au sommet d'une des collines, il prend quelques minutes à observer en arrière pour voir si quelqu'un est assez courageux pour les suivre.
Il prend son mal en patience...enfin si pousser quelques jurons contre son cheval, les éléments, ce foutu dragon qui se terre à perpete peut être assimilé à de la patience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Vers Bois les Mines et l'auberge de la Croisée   Ven 5 Aoû - 17:04

Note DM : désolé pour le retard, mais je devais terminer un dessin pour présenter les lieux....

Derrière Psirone et sa compagne, la pluie et le vent. Ils poursuivent toujours à l'ouest, terminant de gravir les collines entourant les Quatre vallons pour redescendre, toujours avec la pluie, en direction d'une zone plus plane, toujours "civilisée (cultivée). Au loin, seul le bas des montagnes Alamir, maintenant proches, apparait, derrière encore un peu de plaines cultivées et d'une sombre forêt.

Psirone et sa suivante rattrapent sur le chemin des charbonniers, sortant d'une forêt au sud (gauche), traînant à l'aide de mulets des chariots de charbons extraits avant les pluies de leurs campements forestiers. Couverts de crasse, de suie, ils se dirigent eux aussi à l'ouest, et saluent rudement les voyageurs de leurs mains noires et dégoulinantes. L'eau creuse dans leurs visages noircis des rigoles de peau blanche au milieu de visages diaboliquement noirs. Leurs visages fatigués sont marqués, leurs orbites charbonneux semblent démesurés.
"Sale temps pour les charbonniers, dit l'un d'eux qui commandait ses camarades qui commençaient à emprunter le chemin, et cette saleté de pluie ne va pas s'arrêter demain ! Foutre !.
Observant les montures des deux cavaliers il ajoute :
"Vous arriverez à Bois les Mines avant nous cavaliers. Dites leur de nous mettre à chauffer de quoi nous laver et de quoi manger, foutre-cul !".
La suivante de Psirone rétorque : "et pourquoi irions-nous à Bois les Mines ?"
"Sacrebleu, répond-il, parce qu'il n'y a rien d'autre par là avant la tombée de la nuit, et elle sera dure et humide !".
Quelques fumées agonisent dans la forêt d'où ils proviennent avec leur chargement de charbon, leurs campements certainement.

(DM : des questions peuvent être posées si besoin est aux charbonniers).

Deux ou trois heures après, Psirone et sa comparse poursuivent sous une pluie sans discontinue jusqu'à arriver à un croisement de chemin où se dresse une imposante auberge. Un chemin part au nord. Un chemin part au sud. Les deux tiennent du bourbier. Le chemin pavé qu'ils suivent, défoncé par les années, se poursuit à travers une forêt qui s'étale sombrement derrière l'auberge... mais le chemin semble rétrécir et presque disparaître.

VOIR : http://lescampagnes.forum2jeux.com/t184-boislesmines

La pluie ne cesse toujours pas, le ciel est d'autant plus sombre que la nuit s'annonce, et s'annonce sans merci pour ce qui est du temps. Une fumée épaisse sort péniblement de l'auberge, écrasée par la pluie et la brume qui se lève. Des lumières et des bruits proviennent de l'auberge. Dans les dépendances, un bruit sec de fer contre le fer indique que l'on ferre un cheval. La porte de l'auberge est grande ouverte et déverse un peu de lumière au devant. Il n'y a personne dehors étant donné le temps. Sur la gauche, au sud, le chemin se poursuit vers un long village-rue. IL s'agit de Bois les Mines, marqué en son entrée par son Auberge de la Croisée.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).


Dernière édition par lolo le Ven 5 Aoû - 19:13, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Tombée de la nuit et auberge de la Croisée   Ven 5 Aoû - 17:59

Les ténèbres envahissent progressivement les lieux. Le soleil absent depuis des heures, voile rapidement et définitivement le peu de lumière fournie derrière la couche de nuage et les montagnes proches. Une fumée s'échappe des muscles chauds des cheveux dans l'air frais et humide. Il n'est point besoin d'être grand devin pour voir que les montures ont besoin de repos.

Psirone et sa suivante, sans trop avoir besoin de se concerter, dirigent leur monture vers le devant de l'auberge. Au son des clapotis des sabots dans la boue et l'eau, une femme et un jeune homme sortent de l'auberge. Obéissant à un geste de la matronne, l'adolescent se dirige pour prendre en charge les chevaux et les diriger vers les écuries, les prenant par la bride. De l'enclos de bâtiments où se trouvent les écuries, résonne toujours le son d'un cheval que l'on ferre. Une lueur rougeâtre en provient à travers l'ouverture donnant sur la rue, reflet dans les eaux martelées de pluie des rigoles se creusant dans la boue du chemin.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).


Dernière édition par lolo le Ven 5 Aoû - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: A l'auberge   Ven 5 Aoû - 18:23

Le jeune garçon observe d'un oeil attentif les chevaux, leur état, et semble rassuré.

"Ceux- là n'auront pas besoin d'être déferrés et referrés, assure-t-il, et une simple nuit au chaud avec du fourrage les remettra d'aplomb".
Si Psirone et sa suivante le laissent faire, il mène les chevaux aux écuries, non sans avoir aidé à décharger un éventuel chargement (sac ou autre) si besoin est.

La matronne, sa mère certainement, une femme d'une trentaine d'année ou plus, de taille robuste mais sans excès annonce :
"Nous sommes bien heureux de vous accueillir, ce soir vous ne serez pas dérangés par le monde, surtout par ce temps... nous ne recevons que quelques errants, ajoute-t-elle peu rassurée. Entrez et réchauffez vos os et vos vestures. Nous allons vous apporter avant manger une soupe qui vous fera oublier le froid et la pluie."

Cordialement invités d'un geste en direction de la porte et de la lumière, Psirone et sa suivante entrent dans une vaste pièce rectangulaire, au plafond bas (un peu plus de deux mètres, avec poutres larges et massives). Tout de suite en face de l'entrée, sur la gauche (sud) un escalier monte à l'étage, et derrière le comptoir avec tonneaux et ustensiles de cuisine. La vaste salle est un peu éclairée.

Au fond une vaste cheminée, immense âtre, projetant sa lumière rouge dans l'ensemble de la pièce, jeu d'ombres chinoises, déformant les proportions. Devant l'âtre gigantesque jetant ses lueurs incandescentes, une ombre assise sur une des chaises faisant face aux flammes, tourne le dos à l'entrée et ne bronche pas à l'arrivée des nouveaux voyageurs.

Une forme noire, assise devant le feu, capuche sombre et ample sur la tête. Une grande personne sans doute. Reposant sur son épaule, une épée à deux mains, longue, sans fourreau, dépassant au dessus de sa tête capuchonnée, en ombre chinoise sur l'enfer de la cheminée, sa garde travaillée dessine comme une sorte de calvaire lugubre. Seule tâche lumineuse dans cette silhouette de noirceur, le rubis flamboyant ornant le pommeau de l'arme. A l'exception de l'espadon dépassant en haut de la silhouette, c'est une masse informe revêtue d'une immense cape ténébreuse et rapiécée. Tâche sombre se détachant sur fond rouge, étalant son ombre sur le sol de la pièce en direction des nouveaux venus. La silhouette ne se retourne pas et baisse la tête entre ses mains pour boire son écuelle de soupe chaude. Un sac informe et noir est posé à ses côtés. Ses vêtements encore détrempés laissent échapper autour de lui une brume de condensation au contact de la chaleur du foyer.

"Entrez mes bons voyageurs, fait la femme d'un ton emprunté. Prenez place... auprès du feu ... si vous le souhaitez".

Excepté la tenancière, la seule personne présente est la sihouette sombre et fumante se tenant assise au devant de l'âtre.


Aux PJs d'annoncer leurs intentions.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bebel

avatar

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: un fumet de barbare   Dim 7 Aoû - 10:17

Psirone laisse son cheval au gamin sans lui prêter grande attention. Néanmoins avant de quitter l'étable, il lance
"Fais en sorte pour qu'il soit frais à repartir pour demain matin.

Il rentre alors dans l'auberge dégoulinant d'eau de tout les cotés. Il se dirige sans hésitation vers la cheminée et pose ses affaires aux sol dans un gand fracas. Il déplace alors une des tables, toujours avec grand bruit, pour l'amener en face de la cheminée. Il se met alors à ôter ses bottes qu'il vide et ses vetements qu'il pose sur la table près du feu afin qu'il sèche dégageant alors la vapeur de l'eau reçue durant toute la journée.
Il n'oublie pas de garder une ou deux armes sur lui , histoire de....
Psirone se retrouve donc le torse et les nues devant la cheminée....l'eau sur sa peau commence à fumer sous la chaleur.
Il prend une chaise et s'installe très confortablement les pieds contre la cheminée.

Une fois que la suivante est allée commander à manger et une chambre, il lui dit
"sèche toi, on recommence demain.

Tout en regardant le feu il dit alors quelque chose destinée à l'homme encapuchonné :
"D'ou je viens, se promener avec un engin pareil dans le dos attire plus les petits voleurs que le sang des cadavres d'un champ de bataille n'attirent les vautours. Mais c'est pas qui empèche à l'arme de taillader et de fracasser...mis à à part si le caillou lance des rayons ou des boules de feux...ahahahah"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: La personne sombre   Dim 7 Aoû - 11:23

Psirone étend ses longues jambes vers le feu, assis sur une des trois chaises faisant face à l'âtre, à la gauche de la silhouette vêtue de sombres atours. Le feu commence à gagner lentement et doucement sa grande carcasse couturée, colorée par les flammes.
La tenancière tend à la shaarienne deux grands bols en bois, avec une cuillère pour chacun et dit : "la soupe...". La sharienne en donne un à son maître, puis fait le tour de la silhouette et va s'assoir à l'autre chaîse, à droite.

L'homme se baisse, saisit entre ses longues jambes une casserole fumante laissant échapper une bonne odeur de soupe bien chaude. Il la tend vers Psirone alors que la sharienne le contourne. Ses mains sont gantées, de cuir rapé et rapiécé
Son visage reste masqué par les longs flancs de sa capuche usée.

"Je ne cherche pas à attirer les cadavres, attirer des voleurs pour en faire des cadavres, pourquoi pas, cela me convient mieux, fait-il d'une voix caverneuse et rocailleuse. Il s'exprime dans en Chondathan sans accent (contrairement aux gens de la région).

"Servez-vous, barbare, cela réchauffe. Il replonge dans son bol.
Dans ma région nous portons tout type d'arme tant qu'elle permet de bien fracasser les têtes, et celle-ci fait bien l'affaire."

Il marque encore un temps d'arrêt pour avaler de la soupe puis :
"Et, qu'est-ce qui amène ici un homme du nord comme toi, dans cette région ensoleillée, accompagné d'une belle et jeune shaarienne ?"

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bebel

avatar

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: au coin du feu   Dim 7 Aoû - 14:40

"je chasse, du gros" dit Psirone "et la shaarienne c'est pour me réchauffer, mais d'abord la soupe" et il engoufre son bol comme un nain avale sa chope, en déglutissant et en laissant couler sur son menton et sur son torse.
Une fois le bol fini, il replonge dans la casserole et reprend pour la tenancière d'un ton sec
"et on peut avoir à boire un truc plus fort que cette soupe?.
Et toi, tu cherches quelquechose? ou bien tu cherches à échapper à quelqu'un vu comme tu es costumé? Tu fais route vers où?"

Et après s'être rassasié, il entamme d'essuyer ses nombreuses armes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: IL n'y a que deux gros   Dim 7 Aoû - 16:10

"Ah, à ta question la réponse est simple. Nous aurons plus à manger lorsque l'époux de cette brave dame aura fini de remplacer les fers de mon cheval. Dans l'instant nous allons donc devoir nous contenter de cette bonne soupe.".

D'un geste il reprende la soupe et la passe à la shaarienne.

"Par contre un peu d'alcool pourrait faire patienter nos corps et les réchauffer, hein, ma bonne dame ? Offre cela à mes amis, nouveaux et unique pour cette splendide soirée.
... faire patienter nos corps et les réchauffer. Le mien en a bien besoin, c'est pourquoi je le laisse sous ces beaux vêtements protecteurs qui me voilent ainsi. Je ne peux point me prélasser et me montrer ainsi comme tu le fais. Lors d'une "chasse au gros" j'ai jadis un peu souffert, et mon corps ne peux plus être ainsi l'adoration de belles shaariennes.
Ou de belles femmes tout court comme vous
, ajoute-t-il en tournant sa capuche vers la shaarienne qui est occupée à se nourrir à son tour.

A y regarder plus, Psironne voit que l'épée tient plus de la batarde que de l'espadon traditionnel. Elle semble réellement de belle facture. Toujours posée sur l'épaule de l'être, elle est à nue, sans fourreau.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).


Dernière édition par lolo le Lun 22 Aoû - 4:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Boire.    Dim 7 Aoû - 16:12

La patronne de l'auberge s'empresse d'aller chercher quelque chose à boire et revient avec un alcool fort et odorant. Elle en sert trois verres sur une table derrière avant de les tendre à chacun.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: IL n'y a que deux gros suite"   Dim 7 Aoû - 16:19

"... voilà qui fait du bien, fait l'homme en buvant le broc qui lui a été servi. Il n'y a que deux gros "à votre taille". Ou le ver qui rode à l'ouest, ou le fameux Seigneur des morts qui se serait levé juste au nord des Quatre vallons. ALors, ami, que cherchez vous donc parmi ces deux gros ?".

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Suite   Mer 10 Aoû - 15:49

Devant le silence obstiné de Psirone, l'étrange personnage se replonge dans sa soupe non sans un hochement de tête désapprobateur et résigné.

Dehors la pluie inlassable martèle la voie boueuse devant l'auberge. Entêtant le bruit de l'eau, à peine brisé par un cheval que l'on conduit certainement aux écuries.

Deux enfants de la tenancière arrivent, et annoncent que "père" a terminé de ferrer le cheval, et que la nourriture est prête.

L'homme sombre et étrange dit :
"Jeune demoiselle (en direction de la shaarienne), je vous prie de bien vouloir excuser mon départ, je m'en vais accueillir mon hôte"

Avec lenteur, s'appuyant sur son épée bâtarde, il se lève. De sous sa capuche, il fait un signe de tête poli en direction de l'esclave qu'il salue de la main. Levé, on constate qu'il fait largement plus de deux mêtres. L'homme n'est pas massif, mais sec, élancé sans doute très musclé. Sous sa cape, on devine au moins une deuxième arme, peut-être une épée courte.

Alors qu'il se détourne, une personne entre en l'auberge. Une personne vêtue du même type d'accoutrement que lui.
Une silhouette féminine, vêtue de la même ample cape de cuir noir et usé, avec une capuche masquant aussi son visage. Armée elle aussi. Détrempée.

L'homme sombre fait quelques pas en sa direction puis, se rendant compte qu'il a manqué de politesse envers Psirone, se retourne et lui indique :
"Ah, jeune maître barbare, vous devriez vous couvrir, la nuit risque d'être fraîche, et je ne voudrais pas qu'un petit rhume puisse nuire à vos brillants espoirs de gloire et de crânes brisés. Ne restez point nu, les belles cicatrices qui témoignent certainement de vos hauts faits d'armes ne vous protégerons guère contre un petit courant d'air funeste. La vie tient à si peu. Il serait dommage qu'il vous arrive malheur !"

Son visage un instant penché vers Psirone et éclairé par le feu est un champ de bataille, une atroce parodie, une longue dégoulinure de chairs inhumaines ravagées, avec deux yeux étroits dont l'un sans paupière, et une bouche souriante tordue par d'hideuses cicatrices.
Lentement il se retourne pour se diriger tranquillement vers le nouvel arrivant.

La femme secoue ses bottes de la boue puis entre, ruisselante.
Les deux êtres, vêtus presque semblablement, se saluent et se prennent respectueusement et virilement dans les bras l'un de l'autre. Elle porte elle aussi une épée bâtarde, une arme plus courte (épée courte ou cimeterre) sous sa cape, et un arc long de belle facture.

L'homme désigne du bras une table où prendre place. Ils y vont et s'assoient face à face.

"Une chambre, fait la nouvelle arrivée, et de quoi nourrir ma monture en l'écurie, femme!"

La tenancière leur sert sans attendre à manger.

Face à face, ils commencent à discuter, leurs visages masqués par leurs capuches, à voix basse. Discussion cordiale et sérieuse. Ils mangent de concert ce qui leur est apporté, servis par deux pichets de vin. Ils ne semblent pas d'accord sur tout à voir les fréquents gestes négatifs de leurs mains.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1019
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: La soirée avance   Mar 16 Aoû - 16:23

La soirée avance. Les deux personnes vêtues de sombre continuent de discuter, dissimulées sous leurs capuches;
Du bruit dehors.
Au bout de quelques minutes les charbonniers entrent. Ils sont une dizaine, sales, dégoulinant d'eau et de suie. La pluie n'arrête pas son travail. Ils discutent avec la tenancière, demandent à manger et une chambrée pour l'ensemble (ce sera au dernier étage, dans la vaste chambre commune).
Ils s'installent à une table et commencent à manger ce qui leur est apporté.
Les deux personnes en sombre ont stoppé leur discussion à leur entrée, ils la reprennent ensuite, à voix basse toujours.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabien



Nombre de messages : 120
Date d'inscription : 08/09/2006

MessageSujet: Re: Psirone Hans Grovius 7e jour 2e décade mois Ches 1372 cv   Sam 20 Aoû - 4:25

Alors qu'il récupère un peu au sec et continue de réfléchir à la suite à donner à cette aventure...Grovius se dit qu'il est allé maintenant beaucoup trop loin pour faire demi-tour maintenant. De quoi aurait-il l'air?! Et puis, s'il n'était pas là pour raisonner Psironne, qui sait quelles bêtises il pourrait encore faire?!
Quelques heures passent, et, presque déçu que Psirone n'aie pas fait demi-tour pour lui secouer les puces et lui coller un baffe amicale, il rassemble à nouveau ses affaires.
Il cherche Hans, quelques instants pour savoir s'il veut lui aussi rejoindre le barbare, puis à la faveur d'une brève éclaircie il reprend la route (si on peut lui donner un tel nom) et part rejoindre le barbare.

Bleu : propos modifiés par le MD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Psirone Hans Grovius 7e jour 2e décade mois Ches 1372 cv   

Revenir en haut Aller en bas
 
Psirone Hans Grovius 7e jour 2e décade mois Ches 1372 cv
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test
» Discours du premier ministre Alexis(jour des aïeux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Campagnes et Mondes de Jeux de Rôles :: Sudolphore :: Vivre à Sudolphor :: Vivre à Sudolphor-
Sauter vers: