Les Campagnes et Mondes de Jeux de Rôles

forum des campagnes des copains de Bourg
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 1372 10e jour de la 2e décade du mois du Ches

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1015
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: 1372 10e jour de la 2e décade du mois du Ches    Mer 9 Mai - 15:26

Au petit matin pluvieux, la milice tourne autour du quartier de l'Orangeraie, mais n'entre pas trop. Les visages des habitants sont fermés. Quelques derniers chariots de la Nécropole antique viennent chercher les derniers corps. Ils repartent suivis de cortèges de proches allant enterrer leurs amis ou membres de la famille, vêtus de noir et souvent de pourpre sombre.
On murmure qu'une escouade de la milice qui s'aventurait hier trop proche du quartier a entièrement disparue. Il n'en reste aucune trace.
Alors que les chariots funèbres partent mener les corps vers leur dernière demeure, d'autres chariots arrivent. Ils sont chargés de vivres, et escortés. Des négociations sont entamées avec quelques mendiants venus voir ce qu'il en était, et l'escorte pénètre le quartier avec l'accord des caïds locaux et pour la plus grande joie de la population qui suit dans l'espoir d'obtenir une aide quelconque.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1015
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: l'Orangeaie se barricade   Mer 27 Juin - 17:44

Au cours de la matinée la tension monte au sein de l'Orangeaie. Les raisons en sont simples, vite connues, vite propagées. Les autorités "officielles" du quartier ne sont plus là, se sont mises à l'abri suite à l'agression subie. Plus personne officiellement ne dirige le quartier. Bien sûr la milice approche au matin, comme tous les matins. La population laisse passer ces hommes, dont certains sont orginaires du quartier. Ils patrouillent, remplissent leur tâche, sous l'oeil parfois amusé, souvent méprisant, très régulièrement indifférent de la population locale. L'accueil est donc variable, mais on se rend compte rapidement que les miliciens qui patrouillent sont des gens proches de l'Orangeaie, comme si le pouvoir policier avait fait un pas en direction de l'Orangeaie. Celle-ci se moque un instant puis semble accepter ces fils de la rue promus dans la police. On discute même, de façon parfois cordiale.
Dans la journée les livraisons de vivre sont acceptées, venues d'on ne sait où, mais parfois escortées par une milice plus locale que de coutume.
Mais l'Orangeaie n'a plus de tête, officiellement, n'a plus de direction. La milice en profite, pendant un temps.
Puis dans la journée des chefs locaux apparaîssent. Ce sont des sans aveux, des sans grade, des sans rien. Ils se dressent, donnent des ordres. La toile d'araignée de l'Orangeraie a été rompue en son centre sans doute, mais le principe d'une toile c'est qu'elle peut rompre en certains endroit et se reconstituer par la périphérie. L'Orangeaie n'est pas le plus vieux quartier de la cité, mais en est le deuxième, et la populace entend, par une sorte de sursaut identitaire le montre à la face de son monde : le reste de la cité !
En cours de la journée un semblant d'ordre semble se rétablir, en harmonie avec le milice anormalement locale. A midi des sortes de barricades se construisent sous les yeux de la milice. Une discussion parfois s'instaure, entre la milice qui refuse tout trouble contre le Conseil et le maître conseiller chargé de la sécurité, et les misérables vivant en l'Orangeaie qui prétendent que leur premier objectif est la construction de digues contre les attaques fomentées ces derniers soirs. La milice laisse faire, comme si les autorités de la cité, au lieu de combattre ce furoncle qu'est l'Orangeaie finissaient par reconnaître son importance antique, mais aussi l'incompétence constatée de la milice à protéger ce quartier ancien et générablement corrompu. La verrue semble un élément finalement essentiel de la cité et de son fonctionnement.
Et en l'absence de maîtres, que ce soient ceux de la pègre ou ceux de la justice, l'autorité de la rue est un dernier rempart face à l'anarchie totale.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
1372 10e jour de la 2e décade du mois du Ches
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test
» Discours du premier ministre Alexis(jour des aïeux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Campagnes et Mondes de Jeux de Rôles :: Sudolphore :: Quartiers de Sudolphore :: Enceinte intérieure :: Quartier du port (vieux port et docks) :: Quartier de l'Orangeraie-
Sauter vers: