Les Campagnes et Mondes de Jeux de Rôles

forum des campagnes des copains de Bourg
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les temps s'écoulent tranquillement, plus ou moins.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1054
Age : 46
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Les temps s'écoulent tranquillement, plus ou moins.    Dim 14 Jan - 6:50

Le temps s'est écoulé lentement à l'Auberge du Tertre. Le fils de Quilhem passe de plus en plus de temps à servir la milice de la cité, bien que cela inquiète Quilhem de voir son fils prendre ainsi des risques. Sans doute préférerait-il le voir simplement prendre sa suite à l'auberge, mais son fils est bien son fils et au fond, il semble assez fier de lui, même s'il ne le dira pas. Quelques  coupe-bourses, nouveaux en ville sans doute, ont coupé quelques bourses à la clientèle. Des clients se sont plaint. Le lendemain Mirang a dû veiller au grain discrètement... à sa façon. Un petit groupe de commerçants mangeaient tranquillement. D'un seul coup, alors qu'elle apportait de sa main gauche le plat principal, de sa main droite elle s'est emparée de son coutelas et l'a planté dans la main d'un des convives. Mirang, qui  maintenait fermement de la main droite sa dague à travers la table et la main du voyageur qui hurlait de douleur, a posé le plat sur la table pour libérer sa main gauche. L'homme hurlait, les autres convives criaient. Elle lui décocha de furieux coups de poings au visage, sans qu'il puisse se débattre, lui écrasant le nez, lui ouvrant la lèvre supérieure et lui explosant l'arcade sourcilière droite avant de lui écraser le visage dans son assiette qui explosa elle-aussi, lui déchirant le visage. Alors qu'elle extirpait la dague ensanglantée de la main de l'homme et la levait, certainement, pour frapper l'homme, Quilhem lui attrapa le bras et retint son geste puis l'entraîna à l'arrière de l'auberge, furieuse. L'homme hurlant partit alerter la milice. On ne le revit jamais. Quilhem s'excusa auprès des autres clients de la table de l'homme massacré par Mirang, mais deux constatèrent la disparition de leur bourse. On ne déplora plus aucun vol, la situation redevint normale. Et le temps passa. On n'entendit plus jamais parler du voleur.  On oublia les rumeurs concernant le fantôme qui aurait hanté durant quelques jours l'auberge. Le temps passa jusqu'au mois de Mirtul.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les temps s'écoulent tranquillement, plus ou moins.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avec le temps, les gens changent... ou donnent du moins l'illusion du changement. [pv Pellinore :3]
» ELIJAH ? Il fut un jour où 69 était un simple chiffre et il fut un temps où tu pouvais manger une banane tranquillement…
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Campagnes et Mondes de Jeux de Rôles :: Sudolphore :: Quartiers de Sudolphore :: Enceinte intérieure :: Quartier de l'arène :: l'auberge du Tertre-
Sauter vers: