Les Campagnes et Mondes de Jeux de Rôles

forum des campagnes des copains de Bourg
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 1372 5e jour de la 1re décade du mois de Mirtul.

Aller en bas 
AuteurMessage
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1160
Age : 47
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: 1372 5e jour de la 1re décade du mois de Mirtul.   Sam 10 Fév - 21:33

L'aube se lève à peine que s'activent les employés de l'Auberge du Tertre. Le maître des lieux ayant tendance à se lever de plus en plus tard... maître oblige, mais plus marqué par les années. Et puis, "c'est qui le patron" ?
Comme tous les matins Mirang et Malcow, le jeune apprenti, se dirigent vers l'écurie proche, contournant le bâtiment, prenant une allée transversale entre deux maisons.
Dans l'allée les attendent deux malandrins armés de gourdins cloutés. Un troisième homme sort de l'ombre de la porte de l'écurie, lève le bras et exhibe sa main avec une belle cicatrice en direction Mirang : "tu te souviens de cela. Tu n'as pas ton patron pour t'aider à ... " ?
Alors que les deux premiers manants avancent avec un rictus pervers en travers d'une gueule marmonnant avec satisfaction "petite salope"... Mirang projette Malcow en arrière mais en même temps s'empêtre dans sa robe, trébuche et roule à terre. Malcow fuit sans demander son reste. Les deux manants se précipitent et la frappent à terre. L'un la manque, l'autre la touche à la tête. Mirang, roule entre eux, sa fine dague apparue dans la main, frappe derrière la cuisse de l'un d'eux, poursuit sa roulade acrobatique vers son "vieil ami". La brute blessée se tient la cuisse alors que la sang jaillit de sa blessure. La deuxième se retourne. Elle est déjà relevée, un bras bloquant le poignet de sa cible contre le mur, l'autre brandissant la dague fixée en travers de la gorge de son "vieil ami".  Alors que le sang s'écoule de sa blessure au front, sur son visage sec et marqué par ses blessures anciennes elle crache : "toi le con tu vire ton pote, le front ça coule pas mal mais c'est pas grave. Ton pote, une artère percée, c'est la mort assurée. Dégage ou il crèvera juste après ton chef !"  Le "pote" en question a son sang qui s'écoule à flots et il titube rapidement. Le "chef" en question n'en mène pas large du tout, surtout que la dague de Mirang appuie et commence à le faire saigner. Escroc, joueur, vaguement détrousseur, pas habitué à cela, surtout d'une jeune femme. Le dernier malandrin observe la situation. Puis il croise l’œil non recouvert de sang de Mirang, animal blessé, acculé et enragé. Il empoigne son camarade titubant et prend la fuite.  Mirang fixe cette fois l'escroc qui ne résiste pas. Lui contemple le visage haineux et maculé de sang de Mirang. Sang qui coule, elle avale son propre sang. Sa main se retire la dague du cou de sa proie et la lui plante dans la main. L'homme hurle de douleur et porte sa main libre en direction de la main clouée.
Au même instant Mirang retire sa dague et la replante, transperçant les deux mains en même temps (l'une s'étant portée au secours de l'autre). L'homme a les deux mains clouées à la porte de l'écurie et hurle de douleur.
Mirang se penche, sort de chacune de ses bottines un dard et les brandit devant les yeux du supplicié. "Tu n'as plus de main, tu as encore des yeux... Tu veux les garder ?" L'homme pleure, veut parler, mais aucun son intelligible ne sort de sa bouche. "Des merdes comme toi j'en ai croisé 100 dans ma vie, mais je ne les ai jamais vu" dit-elle froidement. Du sang coule sur son visage, dans sa bouche. Elle l'avale et le lui crache à la gueule. Il pleure, les deux mains toujours clouées au mur. Il hurle car il commence à s'effondrer, augmentant la douleur atroce de ses mains.  Mirang semble se reprendre, recule. Il menace encore de s'effondrer. Elle le contemple. Au loin elle entend vaguement crier son prénom, c'est Quilhem !
Elle essuie le sang qui lui coule du front jusqu'à la robe. Lui aussi pisse le sang en face d'elle. [b]"Bouge pas... "[/b], lui dit-elle, "et je te retire la dague".  Elle s'approche de lui, bloque ses bras pour lui enlever la dague. Il hurle quand elle lui arrache le poignard. Elle lui maintient les mains à la porte, le regarde un instant de son œil non fermé par le sang qui coule, et lui transperce rageusement les mains encore deux fois de suite avant de retirer définitivement sa dague !
Mirang recule ou  titube à reculons plutôt en lâchant : "Tu as encore tes yeux, saloperie. Casse-toi avant que mon maître n'arrive car tu n'auras plus de cervelle dans deux minutes". L'homme rampe, sans ses mains, se relève, titube à son tour et fuit dans la ruelle menant bien à l'arrière du pâté de maison. Il ne peut plus tenir aucune de ses mains, toutes étant saccagées par les coups ravageurs de la furie.
Elle s'effondre contre un mur en se tenant le crâne.
Quilhem arrive, suivi de son fils et, malgré ses injonctions, d'un Malcow terrifié.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1160
Age : 47
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Suite   Mar 20 Fév - 16:30

L'escroc volatilisé, Kilhem vient reprendre Mirang et la mener dans l'auberge du Tertre.
Son visage, assez calme, semble inquiet. Ce n'est pas l'habitude de ce vieux routard...
La journée s'étale. Mirang n'est pas présente. La journée s'étale. La fille de Kilhem est présente, la servante, Malcow... tout le monde est là sauf Mirang. Et le visage de Kilhem n'est le sien. Visiblement il est inquiet. La journée s'écoule malgré tout comme tous les jours.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
1372 5e jour de la 1re décade du mois de Mirtul.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test
» Discours du premier ministre Alexis(jour des aïeux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Campagnes et Mondes de Jeux de Rôles :: Sudolphore :: Quartiers de Sudolphore :: Enceinte intérieure :: Quartier de l'arène :: l'auberge du Tertre-
Sauter vers: