Les Campagnes et Mondes de Jeux de Rôles

forum des campagnes des copains de Bourg
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Aventures /discussions sur la route de Sundabar

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1162
Age : 47
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Suite (avec modif via Aude)   Dim 19 Aoû - 7:37

Soirée au bourg.
La soirée au bourg s'écoule. Eleverein prend une chambre à deux lits avec le brigand. Latifa s'empresse de prendre une chambre avec Caromyr. Gillou dort dans la chambre commune, Cendre et Darknir la dernière chambre à deux places distinctes. Le soir Eleverein a obtenu de l'aubergiste le droit de chanter et, si les chants réussis, d'avoir une rétribution.
Elle sort sa harpe de son sac, en joue en chantant. Elle chante un certain nombre de chansons populaires en langue commune. Chansons qui évoquent la vie en forêt des bucherons et trappeurs, la vie des champs, et des chansons de taverne. Parmi les chansons de bucherons "Les Bucherons sont entrés dans la forêt" qui évoque la déforestation et la désarroi des bucherons (et qui sera reprise bien ultérieurement dans uen version dite alternative). Chanson connue dans la région de Sundabar qui justement est menacée de déforestation. Plus sérieusement, plus  harmonieux elle entame le chant populaire "La soeur du Grand-père Arbre".  Ce chant évoque les amours secrets d'une déesse avec une personnalité locale légendaire, Tapann l'Immortel, donnant naissance à Shiallia, appréciée des nains, des humains, des elfes et des barbares de la région. Elle reprend alors quelques chansons populaires plus amusantes et festives. A la harpe seulement, elle joue la Geste de   Nagamat, une version instrumentale seulement, insipirée des "Dits" du dragon d'arain Yluanogorak. Elle enchaîne la déclamation du "lai des derniers souffles de Yaldabaoth", extraite aussi des "Dits" du dragon d'arain Yluanogorak. Et pour terminer elle joue et chante le "Chant des morts de Cimedor" extrait des sagas Daréthiennes naines, chant qui évoque le combat ultime entre les dragons blancs de Hoarfarent attaquant et rasant le mont Sundabar, et les derniers combattants des nains polaires, en l'année de la Mort invisible.  C'est un beau succès et Eleverein obtient du public une bonne série de pièces d'argent.

Eleverein, très satisfaite de sa prestation et contente d'avoir complu à l'ensemble de l'assistance, retourne à la table des autres aventuriers. Darknir lui fait remarquer sèchement que son dernier chant était très malvenu, évoquant la fin de Sundabar à proximité de ladite ville. Heurtée, sans perdre son temps non plus, elle répond  que c'est l'intérêt justement de ce célèbre chant épique nain qui évoque la chute du  Mont Sundabar après une défense héroïque des nains polaires, mont qui curieusement porte le même nom que la ville. Elle reste ensuite songeuse face à cette agressivité facile et déplacée.
Puis, comme tous les aventuriers, elle s'en va rejoindre sa chambre, avec son prisonnier.  Elle a entendu Cendre évoquer le fait d'embaucher le brigand en mercenaire pour le tirer de son activité criminelle et de sa pauvreté.  Eleverein ne dit rien à ce sujet.

La nuit s'écoule.

Le lendemain chacun vaque à ses occupations. Eleverein est levée très tôt, avant même d'avoir appris ces sorts. Elle quitte l'auberge avec le prisonnier. Ensuite Cendre se  lève aussi assez tôt et va se ravitailler et compléter son équipement de façon à poursuivre  la route  au plus vite,  puisque le temps nous est compté.

Lorsque Eleverein rentre à l'auberge elle trouve  Darknir et Caromyr attablés. Elle s'attable avec eux. Caromyr prend  la parole et explique qu'il faut faire  juger le brigand mais que, étant donné que malgré  l'attaque, il n'a tué personne, la mort n'est peut-être pas une  sanction juste. Aussi s'il s'avère qu'ici on va le tuer sans jugement correct il se proposera comme juge et qu'un servage de cinq années serait une juste condamnation pour  qu'il apprenne à être honnête et à travailler. On demande justement  à Eleverein où est le brigand.  Eleverein répond simplement qu'elle vient de le libérer, considérant qu'ici il n'y avait aucune justice équitable.  Darknir éclate d'un rire qui a dû réveiller l'ensemble des personnes dormant encore ! Caromyr et Eleverein discutent [nous reprendrons cette discussion à sec à Sundabar, Caromyr n'étant alors pas présent à la table de jeu. Discussion  déplacée à l'auberge  de Sundabar] de ce choix d'Eleverein devant  un Darknir hilare ! Darknir, une fois son rire contenu, indique tout de même : "tu garantis qu'il ne va tuer personne ?". Eleverein répond : "non !" [je reporte aussi les réponses de mon personnage à l'auberge de Sundabar pour reporter la discussion avec Caromyr, donc je coupe ce que j'ai indiqué volontairement, le but étant que Caromyr puisse s'exprimer clairement].

Eleverein retourne dans sa chambre pour apprendre les sorts qu'elle n'a pas étudié ce matin de façon à libérer son prisonnier à l'ouverture des portes de la ville, avant que ses compagnons ne se réveillent.
Tout le monde s'approvisionne, à la suite de Cendre qui, en plus, achète une corde de rechange pour son arc. Les personnages présents constatent qu'Eleverein n'a plus son épée courte et se disent qu'elle a dû la donner au brigand.

Une nouvelle journée de voyage. S'il ne fait pas chaud, les conditions de déplacement sont meilleures. Eleverein  tente de prévoir le temps de la journée mais, perturbée par les remarques désobligeantes de la veille et le mutisme de Caromyr [invention de façon à laisser Caromyr s'exprimer "en  direct" sur le site, à Sundabar], elle échoue  lamentablement. Elle se réfugie auprès de son loup.

La soirée se déroule comme d'habitude. Le temps n'est pas assez dur pour que Latifa utilise sa baguette  magique. Les aventuriers installent leur tente autour du  feu, les montures regroupées à côté. Caromyr et Eleverein prennent le premier tour de garde sans se parler [invention de façon à laisser Caromyr s'exprimer "en  direct" sur le site, à Sundabar]. Ils réveillent Cendre et Gillou pour prendre courageusement la seconde veille.  Durant cette garde il apparaîtra plus  tard que Cendre ait perçu des bruits, des choses. Lorsqu'elle réveille Darknir pour  le troisième tour de garde, elle l'en  avertit. Latifa se réveille et, dans son coin, se met à préparer ses sorts tout en veillant "vaguement", "très vaguement". Eleverein s'éveille, poursuit son repos. Elle n'est pas prévenue qu'il pourrait y avoir des rôdeurs aux alentours.

Une journée de marche encore. Eleverein n'est pas plus efficace que la veille dans la survie ou la prévision du temps. Elle ne songe même pas à envoyer son loup chasser.  La journée se déroule sans accroc. Cendre et Darknir cherchent quelque chose à l'horizon, mais sans préciser quoi. Les autres aventuriers ne remarquant rien ne cherchent rien du tout, seulement à avancer pour arriver le plus rapidement à Sundabar. Eleverein constate que Darknir et Cendre cherchent quelque chose au loin, Sundabar peut être ? Elle ne sait pas pourquoi ils fixent l'horizon ainsi puisque rien n'a été indiqué.

Nouvelle  soirée  qui, comme la veille, ne nécessite pas que Latifa use de sa baguette magique. Le camp est installé de la même façon (feu  au centre, tentes autour, montures dans un coin).  Les tours de garde restent  les mêmes.  Eleverein et Caromyr  en premier sont attentifs mais pas en alerte puisque personne ne les a prévenu qu'il pourrait y  avoir des ennemis  ou des personnes circulant autour du camp. Second tour de garde, une nouvelle fois le binôme Cendre-Gillou.  Durant le troisième tour de garde Eleverein s'éveille mais poursuit son repos en dehors de sa transe. Darknir,  attentif, sur ses gardes, perçoit quelque chose. Il éteint le feu pour que  le camp ne soit plus visible  de l'extérieur.

Ténèbres.
Attaque. Darknir hurle et réveille tout le monde - même Latifa qui révisait ses sorts en veillant sans veiller - . Tout ceux qui dormaient sortent de leur tente. Des flèches tombent sur le camp. Caromyr est blessé. Ténèbres. Des mouvements approchent. On ne voit rien, sauf le nain et les gobelins qui nous attaquent. Chaos. Latifa incante une image miroir. Cela lui permettra de ne pas être blessée par son assaillant gobelin. Dans ce chaos ténébreux, Darknir frappe et fait voler des têtes de gobelins.  Eleverein est blessée, mais elle se met à chanter un chant de guerre nain qui influence ses camarades à l'attaque. Cendre a la bonne idée d'allumer  une torche pour éclairer un peu le camp. Les gobelins, eux, voient dans la nuit noire, pas les aventuriers.  Latifa se pose peu de questions et balance ses projectiles magiques  enflammés, blessant ou tuant dans le désordre ambiant. Gillou est  blessé mais il tient bon.  Eleverein frappe et loupe, comme d'habitude. Son loup  attaque un des gobelins acharné contre Gillou et le tue. Cendre a repéré qu'un gobelin approchait des montures  pour les détacher et s'empresse de l'attaquer, et de le tuer, évitant ainsi une belle déconvenue pour le lendemain matin. Caromyr et Darknir tuent encore. Une bonne dizaine de gobelins. Cendre attaque pour défendre Gillou. Le loup d'Eleverein attaque  le gobelin qui menace Eleverein et le tue.  Darknir et Caromyr se débarrassent de ceux qu'ils n'ont pas encore exterminé, certains déjà blessés par les projectiles enflammés de Latifa.
Combat terminé.  Les archers invisibles qui tiraient de loin ne tirent  plus, fuyant sans doute en voyant que le combat avait mal tourné et qu'ils s'étaient aventuré à attaquer plus forts qu'eux.
Eleverein porte soins à Gillou, incantant, pendant que Darknir et Cendre fouillent les morts.  Eleverein oublie par contre de se soigner.

Eleverein comprend maintenant pourquoi Cendre et Darknir étaient attentifs  durant  la journée. Elle songe que si le groupe avait été prévenu la soirée ne se serait sans doute pas déroulée ainsi. Mais bon, elle ne dit  rien, le groupe des assaillants n'était pas si dangereux, heureusement, sinon la rencontre et le manque de communication auraient pu être tristement funestes. Une fois que Cendre et Darknir ont  méticuleusement fouillé  les corps elle les écarte du camp de façon à  terminer la nuit en  dehors de l'odeur de mort qui entoure tout le monde. Elle songe au brigand et, en voyant l'attaque des gobelins, espère qu'il a survécu en prenant  la route de son village.

La journée.
Elle s'"écoule sans problème. Eleverein n'est pas plus efficace que la veille.  Les aventuriers descendent dans la plaine de Sundabar. Dans la froidure (largement acceptable comparée au climat de la Passe) ils entrevoient l'importante cité fortifiée de Sundabar au milieu d'une zone déboisée totalement. Eleveriein pense que cet  abattage de forêt est un véritable gâchis et songe au maître des lieux qui tente de retourner la situation. La cité est impressionnante,  même de loin.

Darknir prend un temps  pour revêtir, sur son amure, des vêtements  sacerdotaux de qualité ornés d'un  symbole : une gemme  verte incrustée dans un mont élevé.  Si Darknir avait déjà une belle présence il acquiert une prestance supplémentaire.

Le groupe avance.  Les murailles et la ville sont réellement imposantes.  Une  porte, une  muraille d'environ dix mètres de haut, vu d'en  bas. Il faut se présenter devant des gardes qui demandent : "le nom, la qualité, le but de la présence ici". Eleverein laisse Darknir  passer devant, cela  lui semble logique. Il refuse de déclarer son nom et la raison de sa présence ici. Eleverein  constate qu'ils ne vont pas pouvoir rentrer.  Ces gardes ne sont pas des rigolos, la cité est toujours  assiégée ou en danger face aux hordes présentes  non loin. Ici on ne s'amuse guère ! Darknir refuse encore de donner son nom, ses qualités et la raison  de sa venue en la cité.
Eleverein s'avance et indique :
"Je  me nomme Eleverein, je  suis  barde et je viens ici pour  rencontrer d'autres bardes", et comme elle constate qu'arrivés en groupe, qu'il sont repérés depuis longtemps depuis les hautes murailles, elle ajoute : "et je fais partie de cette équipe".



A sa suite, tout le monde se présente individuellement, sauf Darknir, avec ses montures et son équipage, ânes et mules. Tout le monde peut entrer après avoir décliné ses qualités.   

Message de Caromyr déplacé par moi.

Caromyr se présente devant le garde, fièrement dressé sur son ours en armure de mailles.
Sans enlever son heaume, il ramène contre lui son écu afin que le blason dessiné dessus(et abimé par les coups reçus) soit bien visible.
Il anonce fort et clair, avec une certaine étiquette:
"Caromyr Heaumepresse, je suis serviteur de Tyr. Je viens en votre cité pourvoir le temple de Tyr et ses prêtres. Je viens également pour offrir mes services pour un travail déjà arrangé.Je vous serais gré de votre hospitalité."


Eleverein reste sur le pont, attendant Darknir qui semble penser que le fait d'être nain ou d'avoir sa panoplie religieuse va le faire entrer "de droit".
Il n'est pas question qu'elle entre sans lui ! Mais les gardes lui donnent l'ordre de rentrer ou de rester définitivement dehors. Eleveriein attend un peu et finalement Darknir  cède à la logique de se présenter et donc de pouvoir entrer dans la cité.
Lorsque  Darknir a décidé enfin d'obtempérer (non sans menacer les gardes de mesures de rétorsions) il peut entrer et Eleverein termine son entée.

Eleverein avance  avec lui en  direction de ceux qui sont en tête et déjà  sur un large  et long  pont. Elle constate alors que les douves qu'elle attendait ne sont pas en feu, la Fournaise n'est pas ici. Par contre, la première muraille franchie, les aventuriers font face à d'immenses douves  à moitié glacées, pour l'instant  (elles seront  sans doute totalement glacées d'ici quelques mois), un très long pont entre la muraille extérieure et une seconde muraille qui encercle la  cité elle-même. A la seconde muraille on pose moins de questions, en apparence. Tous les personnages ont constaté que par le biais de miroirs des informations ont été transmises de la première à la seconde muraille.  Les mêmes questions sont posées, et il vaut mieux ne pas raconter un bobard différent  entre la première et la seconde porte.

Pour  ceux qui attendaient  une  ville naine, c'est une déception.  Pour ceux qui attendaient une ville humaine, c'est un déception aussi. Cette ville est une véritable forteresse où rien n'est laissé au hasard, où la moindre suspicion devient culpabilité.  C'est juste une question de survie dans la région.  

La deuxième enceinte franchie, les aventuriers constatent clairement qu'ils sont dans une ville forteresse.  Épuisés par  leur  longue marche, une auberge s'offre à eux.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).


Dernière édition par lolo le Jeu 23 Aoû - 6:54, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1162
Age : 47
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: En attente de validation par Tommy   Lun 20 Aoû - 4:43

En attente de validation par le master, mais pour éventuellement discuter dans "l'auberge" où nous pourrions loger. Si Tommy ne valide pas je  vais modifier, mais en  attendant cela permet de discuter.

"Sitôt  passée la muraille interne les aventuriers sont sur  une place. La ville  est  à l'inverse  de Lunargent une ville de pierre sans espaces boisés ou véritablement  agréables.  Tout est fonctionnel.
Les personnages sont sur la place de la porte Ouest.  Des échoppes, des gardes  qui patrouillent, solidement armés  (on ne s'endort pas ici concernant la sécurité), postes de gardes au  bas  des tours d'entrée. A droite et à gauche  des rues s'étalent à partir de la place d'entrée. A gauche une auberge. C'est l'Auberge de la Contrescarpe.

Une  bâtisse de lourdes pierres solides, adossée à la muraille. Au sol la salle commune fait bien 20 mètres sur 20. A ses côtés une écurie aussi  vaste. L'ensemble  fait trois étages, les chambres  étant situées au dessus, les dépendances (écuries par exemple) plus à  gauche.  
Au centre de la vaste salle du rez-de-chaussée, un escalier en pierre massif permet de monter aux étages, en pierre aussi.  L'auberge de la Contrescarpe est située entre la tour gauche de la porte ouest (entrée des personnages) contre  laquelle elle s'adosse et une  tour-escalier qui, plus loin, permet  de rejoindre la muraille.
Au soir, lorsque  les personnages arrivent, elle accueille des locaux, humains surtout, des nains, des gardes de la cité qui  terminent leur service, des marchants qui attendent la fin de la mauvaise saison pour reprendre leurs pérégrinations.
Rustique, fruste, du fait de la dureté de la vie ici, l'auberge semble pourtant  confortable et de qualité. Même si la  ville supérieure  est humaine on sent ici la patte architecturale  et l'efficacité des nains.
Cette grande auberge est la seule sur la place de l'entrée  ouest.  Pourquoi une seule autorisée ? Sans doute parce que cela permet de canaliser toutes les entrées, et comme les gardes sont présents ici, de voir  ce qu'il se passe. La cité ne dort jamais  !  
L'aubergiste se nomme Pascal sans Quartier. Un homme modestement  robuste, visage allongé, cheveux bruns et courts. On dit qu' il ne dort jamais ! Régulièrement il donne des ordres à sa jeune fille qui obéit  mais plutôt avec facétie, le faisant tourner en bourrique."

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1162
Age : 47
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Auberge   Mer 22 Aoû - 12:12

Auberge validée à distance par Tommy.

Lorsque les personnages arrivent il y a, visiblement, l'anniversaire d'une personnalité locale et donc de la festivité. C'est un ami nordique du patron Pascal Sans quartier. Peut-être un barbare. Un grand homme blond-roux à la statue imposante, torse nu alors qu'il fait froid à crever.  Parmi son équipement un petit marteau doré qui semble un hochet dans ses mains massives. Il a aussi une une belle hache aussi imposante que lui, arme qu'il manie comme un cure-dent. Son bouclier pourrait sans doute dissimuler et protéger deux nains à la fois. Sa belle dame est présente avec lui pour cet anniversaire.

Dans l'auberge la  plupart des personnages du groupe s'attablent.
Cendre discute avec le Gillou de son retour en direction de son village  ou d'autres alternatives.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bebel

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: Caromyr   Jeu 23 Aoû - 4:15

A replacer au bon moment

Citation :
Lorsque Eleverein rentre à l'auberge elle trouve  Darknir et Caromyr attablés. Elle s'attable avec eux. Caromyr prend  la parole et explique qu'il faut faire  juger le brigand mais que, étant donné que malgré  l'attaque, il n'a tué personne, la mort n'est peut-être pas une  sanction juste. Aussi s'il s'avère qu'ici on va le tuer sans jugement correct il se proposera comme juge et qu'un servage de cinq années serait une juste condamnation pour  qu'il apprenne à être honnête et à travailler. On demande justement  à Eleverein où est le brigand.  Eleverein répond simplement qu'elle vient de le libérer, considérant qu'ici il n'y avait aucune justice équitable.  Darknir éclate d'un rire qui a dû réveiller l'ensemble des personnes dormant encore ! Caromyr et Eleverein discutent  [nous reprendrons cette discussion à sec à Sundabar, Caromyr n'étant alors pas présent à la table de jeu. Discussion  déplacée à l'auberge  de Sundabar] de ce choix d'Eleverein devant  un Darknir hilare ! Darknir, une fois son rire contenu, indique tout de même : "tu garantis qu'il ne va tuer personne ?". Eleverein répond : "non !"

Caromyr, en entendant que le brigand a été libéré ne retient pas ne frapper de sa main sur la table non sans délicatesse. Son visage montre clairement sa désapprobation quand il regarde Eleverein prononcer ses mots. Il ne tient pas compte des rires du nain. Sa main ouverte reste posée sur la table queslques instants, il ne dit rien pendant ce temps.
La tension semblant redescendre un peu, il s'adresse d'une voix sure et calme, un peu sèche mais sans violence :
" Ce n'est pas un bonne décision. Cet homme que tu as relaché a tenté de nous tué, et nous ne savons pas ce qu'il a fait d'autre. il méritait de payer pour ce qu'il a fait. En le libérant, tu lui évites de méditer à ne pas recommencer, tu envoies comme message que les actes peuvent restés impunis.
Tu as pris cette décision seule sans concertation. Je t'avais laissé le prisonnier, mais pas pour que tu le libères après ses gérémiades. Il ne s'a fait que de se plaindre de sa situation et mais il n'a pas demandé le pardon des gens qu'il a dépouillé ou tenté d'agressé.
Il ne méritait pas le gibet comme l'ont indiqué les paysans, et tu aurais du comprendre que j'étais contre. Nous n'épargnons pas les criminels pour les éxécuter. Ils ont droit à une deuxième chance, mais après leur temps de rédemption. Quelques années de travail pour le bien commun l'aurait aidé à revenir sur la bonne voie. La pitié oui, mais pas au détriment de la raison.
Je ne suis pas contre qu'il retrouve la liberté, mais pas sans qu'il n'ait rien à payer, sans avoir exprimer des regrets et d'avoir promis de tout faire pour changer, sans m'en avoir parler.
Nul ne peut garantir qu'il ne tuera personne. Mais les chances qu'il le fasse sont plus élevées qu'elle n'aurait pu l'être.
Je demande qu'à l'avenir, que les personnes ayant commis des crimes que nous capturons soient jugées avant toute chose. Je demande également que cela ne soit pas une excuse pour ne pas faire de prisonnier. Nous ne pouvons être des éxécuteurs et la mort ne doit intervenir que si elle est inévitable.

Après s'être exprimée avec éloquence (peut être jet de diplo), Caromyr semble s'être détendu. Il fixe tour à tour Les membres du groupe, attendant quelque remarque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bebel

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: Caromyr entre dans Sundabar   Jeu 23 Aoû - 6:02

Modo : message déplacé et réintégré à sa place, dans un post plus haut, pour une raison de chronologie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1162
Age : 47
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Eleverein dans l'auberge de la Contrescarpe   Jeu 23 Aoû - 7:43

Eleverein sort un peu ses affaires, dont son instrument de musique qu'elle dépose à côté d'elle.
"Un sac n'est pas bon pour transporter un instrument", fait-elle remarquer.
Elle regarde Caromyr, réfléchit, et lui répond.
"Je  pense que m'a décision n'est ni bonne ni  mauvaise en  ce sens qu'elle peut être une erreur. Mais pour moi il s'agit de,  potentiellement, la moins pire. Le mener à la justice était aussi selon moi une erreur car la justice n'aurait pas pris en compte la vie de cet homme et ne l'aurait pas jugé de façon équitable, n'ayant aucun temps à perdre avec les pauvres gens qui crèvent de  faim.  Si  la société s'inquiétait d'eux,  alors  ils ne crèveraient pas de faim.  Je crois en la justice mais pas en une justice représentée par des gens qui eux vivent bien dans  une société qui laisse dans la misère une partie des siens. La justice oui, la justice rendue par des gens qui laissent  l'injustice à leur porte,  non.  Caromyr, tu avais déclaré (ROLE PLAY FAIT PAR MASTER LE SOIR MÊME, LISANT TON MESSAGE) que s'il te semblait que la justice n'était pas équitable tu aurais rendu toi-même justice pour éviter qu'il ne subisse un jugement inéquitable.  Je te crois volontiers. Mais je l'avais déjà libéré, n'ayant pas le choix.  C'est bien, mais en quoi es-tu plus capable que Cendre, Darknir, Latifa, les juges de cette ville, ou moi, de rendre justice  ? Si nous avions livré cet homme ici (lieu qui ne me semble pas des plus tendre, on comprend  pourquoi en voyant leur situation et les agressions qu'ils subissent, ce que je devinais) aurais-tu pu ensuite pu dire "ah non, finalement on ne le juge pas ici car vous n'êtes pas équitables". Non, l'homme aurait été jugé et sans doute exécuté ici. .  Une fois remis à la justice tu n'aurais pu l'y substituer. Je ne parle même pas du bourg dans  lequel nous sommes passés il y a deux jours.  Tu  parlais (MESSAGE MASTER DURANT LE JEU, LISANT TON MESSAGE) qu'il aurait pu être mis en servage. Le servage n'est qu'une forme d'esclavage sous un autre statut. La prison ? Depuis quand la prison construit-elle des hommes honnêtes ? Les rares qui peuvent se payer la prison en sortent  pires qu'ils n'y sont entrés.  Elle ne construit que des hommes qui détestent encore plus  la société surtout lorsque  la société les a conduit à la criminalité par son injustice. Nos prisons conduisent au crime. Alors sorti de prison, nous pouvons gager qu'il serait retourné à la criminalité. Je lui ai offert une chance de se racheter. Avec moi au  lieu d'être de nouveau condamné au crime il a peut-être un espoir, dans  la clémence, de se racheter et de ne  plus faire le mal.  Peut-être le fera-t-il  de nouveau, peut-être. Mais avec la prison ou l'esclavage que tu proposais il est clair qu'il serait retourné à la criminalité, entouré de ses nouveaux "amis" de prison. Là il y  a une chance. Ses amis criminels sont morts. Il n'a plus de bande. Il n'a plus rien, déjà qu'il n'avait rien avant.  Peut-être qu'il tuera de nouveau, et là je serai confondue de regrets, mais ta solution n'était pas meilleure.  Là il aurait tué de nouveau, c'est certain.  Et  quand je dis de nouveau  je rappelle  qu'il n'y a aucune preuve  qu'il ait déjà tué.  Je l'ai interrogé longuement, durant toutes ces nuits, depuis que je l'ai fait prisonnier. Il avait surtout  peur. Je lui ai donné les pièces que j'ai gagnée avant-hier pour qu'il ait quelque chose.  Lorsque je l'ai libéré, je  lui ai donné mon épée courte, et quand j'aurai de l'argent j'en rachèterai une car il  faut qu'il ait une chance de survie dans cette région violente et hostile.  Seule Cendre a évoqué une solution de rechange, nous suivre en tant que mercenaire, mais ne l'a qu'évoquée clairement, et ma décision était déjà prise car il fallait la prendre à un moment ou un autre.  J'avais proposé cela à demi mots au brigand, mais il n'avait pas relevé clairement. Peut-être qu'il a regretté de ne pas avoir saisi cette proposition ensuite, lorsque je l'ai libéré au matin. Or  moi je devais prendre ma décision avant la justice du Bourg ou la justice de Sundabar. Aussi, dans le doute,  ma décision était prise. Je suis désolée, Cendre, mais ta proposition arrivait trop tardivement pour moi. "
Elle remercie Cendre du regard.
"J'ai peut-être  tord, mais je ne regrette pas.  Ta décision, Caromyr, prétait autant au doute. Dans le doute j'ai opté pour l'espoir et pour le potentiel de bien qu' il y a en nous, en nous tous, y compris en lui.  A l'heure qu'il est il est peut-être mort, attaqué par les gobelinoïdes qui  hantent  ces lieux.  J'espère qu'il a pu rejoindre son village et qu'il va y entamer une vie nouvelle. Lorsque je l'ai libéré il a semblé ému, larmes aux yeux.  Ou il s'agit d'un véritable bonimenteur ou  il était sincère d'avoir, une seconde fois, quelqu'un qui lui offre une petite chance.  Il m'a expliqué où était son village,  où il  allait aller, et j'espère bien y passer pour constater ce qu'il fait de son avenir.. Cette décision je ne peux assurer qu'elle soit bonne, mais la remise à la justice, pour moi était  pire. Et personne n'est moins ou mieux apte à en  juger puisque l'autre décision était à coup sûr mauvaise. "

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bebel

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: Caromyr   Jeu 23 Aoû - 9:18

"Ton discours est celui de quelqu'un qui a pris parti pour cet homme, et pour cette raison il est animé de pitié. Mais pour rendre une justice équitable, il est nécessaire de ne pas se laisser guidée uniquement par cette pitié, ou ce ressentiment vis à vis de la société. Pendre une décision n'est pas chose facile. Il faut prendre en compte les faits, les dires de chacun, les motivations comme tu le soulignes.
Je n'aurais pas permis que la décision soit disproportionnée, mais aujoud'hui il ne peut en avoir une. Je n'ai pas vocation à détenir la vérité, mais à la faire apparaitre, et c'est pour cela que je pense être le plus qualifié. Le plus qualifié afin d'écouter et de prendre une décision qui soit en accord avec le respect de la vie, des innocents, et dans la mesure où elles sont équitables des lois. Par Tyr, j'en ai fait le serment, et je le respecterai. Qu'il m'en soit juge, et que tu en sois témoin.
Ce qui est fait est fait. Il n'y pas de raison à revenir dessus. Je souhaite qu'il sorte de ce schéma de violence et qu'il puisse se souvenir de la chance qu'il a de pouvoir recommencer. Sans quoi son âme court à sa perte."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1162
Age : 47
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Eleverein répond   Jeu 23 Aoû - 10:48

"Non, tu n'es pas plus qualifié qu'un autre, ni plus ni moins que moi. Le ressentiment vis à vis d'une société n'est pas pire que son assentiment. J'ai pris en compte les faits, les dires de ceux qui avaient quelque chose à dire, les motivations. C'est tout. Ce qui est fait est fait, que la déesse m'en soit témoin et oeil bienveillant."

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bebel

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: Caromyr   Ven 24 Aoû - 3:28

"Tes mots sont offensant et blessant".
Caromyr reste alors silencieux pendant quelques instants, puis se lève de table (en supposant que l'on est à l'auberge). Son bouclier est posé contre la table, le heaume dessus. Il se dirige alors vers l'aubergiste, lui commande 8 chopes de bières. Une fois servi et avoir payé, il prend  des chopes, demande à ce que l'on amène les autres à la table qu'il indique, et  va à la rencontre du nouveau couple.
Il fait face à l'homme torse nu et à sa dame et les interpelle :
"Bonjour à vous,  je me nomme Caromyr Heaumepresse. Nous ne nous connaissons pas mais étant donné que nous nous sommes invités à votre fête mes comagnons et moi, je tenais à venir vous présenter nos voeux pour vos épousailles. Il convient de faire un cadeau pour ce genre d'occasion je crois, mais vous nous voyez un peu pris de court. Aussi je vous prierai de bien vouloir accepter cette chope et de la lever avec moi. Si vous souhaitez venir partager quelques instants à notre table, nous serions vos obligés. Nous sommes attablés juste là, les 5 personnes que vous voyez"
Caromyr montre tout d'abord la table avec 5 personnes :  une femme toute encapuchonnée et une autre au style plutôt urbain, un nain en arme, une elfe des bois, et enfin un homme à l'allure des travailleurs des terres froides. Il tend ensuite les deux chopes qu'il tient dans une main, et garde la troisième dans l'autre main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1162
Age : 47
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: Aventures /discussions sur la route de Sundabar   Ven 24 Aoû - 9:25

bebel a écrit:
"Tes mots sont offensant et blessant".

Eleverein sourit, apaisante, et ajoute, avant que Caromyr ne quitte la table : "Tu remarqueras que je n'ai fait que reprendre tes propres mots".

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bebel

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: Caromyr   Jeu 20 Sep - 9:39

Après les présentations d'usage faites et quelques mots échangés, Caromyr revient à table pour finir sa bière et se restaurer également.
Il ne dit grand chose et à la fin de son repas se lève , prenant son équipement.
"Je me rends au temple de Tyr, j'ai une affaire à traiter.J'invite qui bon se sentira l'âme d'y venir. Je ne sais combien de temps cela me prendra, mais vous saurez où me joindre le cas échéant."
Après avoir mis son sac, s'être équipé de son bouclier et mis son heaume son son bras, Caromyr se dirige vers la sortie. Au passage de l'aubergiste,il lui glisse quelques mots (pour savoir où se trouve le temple de Tyr). Une fois sorti, il passe sa main sur son ours en arrivant près de lui, monte avec aisance sur la selle magnifiquement ouvragée, et s'engoufre dans les rues de Sundabar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1162
Age : 47
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: Aventures /discussions sur la route de Sundabar   Jeu 20 Sep - 11:19

Eleverein, après s'être échauffée avec Caromyr et après s'être réchauffée dans l'auberge, se dirige vers l'aubergiste pour commander à manger, demander une chambre pour la nuit et une place pour sa monture.
Une fois cela fait elle retourne à la table des aventuriers et demande à Darknir :
"Alors, que comptes-tu faire durant ces jours qui nous séparent de notre entrevue ?"

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkkraak



Nombre de messages : 13
Localisation : lyon
Date d'inscription : 18/06/2017

MessageSujet: Re: Aventures /discussions sur la route de Sundabar   Mer 24 Oct - 1:15

" Il n'y a pas de délais pour notre entrevue. Les quelques jours qui nous restent comme tu dis sont la date limite du départ.
Je vais me renseigner pour trouver notre interlocuteur. Il est possible que nous partions dès demain. je vous conseille de ne pas défaire vos affaires voire même de compléter votre attirail pour ceux qui le souhaitent."
" Dès que j'ai les informations nécessaires je vous en ferais part."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolo
Admin
avatar

Nombre de messages : 1162
Age : 47
Localisation : Ain
Date d'inscription : 22/08/2006

MessageSujet: Re: Aventures /discussions sur la route de Sundabar   Mer 24 Oct - 1:20

darkkraak a écrit:
" Il n'y a pas de délais pour notre entrevue. Les quelques jours qui nous restent comme tu dis sont la date limite du départ.
Je vais me renseigner pour trouver notre interlocuteur. Il est possible que nous partions dès demain. je vous conseille de ne pas défaire vos affaires voire même de compléter votre attirail pour ceux qui le souhaitent."
" Dès que j'ai les informations nécessaires je vous en ferais part."

- Je viens avec toi, j'ai envie de visiter cette ville que je n'ai jamais vue.

_________________
M'avertir SVP par MP si une des illustrations disparait du site. Merci par avance (donnez moi l'adresse de la page ou du post).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aventures /discussions sur la route de Sundabar   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aventures /discussions sur la route de Sundabar
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» L'étang de Miragoane déborde sur la route nationale numéro 2
» Soumission au parlement de la feuille de route du gouvernement et des ministeres
» Un nouveau compagnon de route
» Sur la route des caravanes
» "La Route Perdue"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Campagnes et Mondes de Jeux de Rôles :: Sudolphore :: Vivre dans les Royaumes Oubliés :: Vivre dans les Marches d'Argent-
Sauter vers: